Cucao, Parc National de Chiloe. 

Après une nuit à Castro je prend le bus pour Cucao,  point de départ d’une parti du parc de Chiloe, le parc est très rapidement fait (en une après midi). Il propose balade autour de lac et dans la forêt ainsi qu’une balade jusqu’à à un mirador pour l’océan. 

Ça ne me suffit pas, je me renseigne un peu et aprend qu’il y a une autre randonnée à la journée mais qu’elle ne fait pas parti du parc car elle est sur le Territoire des Mapuches. Elle mène à la plage Cole Cole. 

Je décide donc de la faire le lendemain, 3h de randonné sur la plage et 2h de marche sur les falaises pour atteindre une magnifique plage sauvage et tout à moi puisque je suis l’unique personne à avoir fait la randonnée aujourd’hui. 

Après une mâtiné sous les nuages, le soleil sort une fois arrivée à la plage c’est pas beau ça ! Je profite une petite heure et repars dans l’autre sens car il faut pas tarder encore 5h de retour. 

Advertisements

Castro, Isla de Chiloe 

Bon vous l’avez compris les villes c’est pas mon truc, j’essaye de rester le moins de temps possible. 

Mais je prend quand même le temps de Visiter Castro, plus ou moins la capitale de l’île. 

Ville de pêcheurs, entourée de fjord. Ses maisons en bois de toutes les couleurs et son Église d’un jaune éclatant font son charme. Au détour du marché au poisson on peut voir,  avec de la chance les éléphants de mer, nourris par les restes du marché. 

Je passe la nuit en tente dans la jardin d’un local qui m’autorise gentiment à le faire. A deux pas du Mirador où la vue sur Castro est Sympathique. 

Ancud, Isla de Chiloe. 

Après deux semaines à travailler, je me suis mis d’accord avec Stefy et Brando pour revenir dans un mois et demi après avoir visiter Chiloe et la Patagonie Chilienne et Argentine. 

Je laisse toutes mes affaires d’été et prend le stricte minimum histoire d’alléger le plus possible mon sac à dos. Pas mal de Trek sont prévus sur la route . je pars pour plus de 1000 km  en stop jusqu’à Ushuaia. 

Première Étape Ancud, après avoir passé une nuit en auberge je décide de tenter le couchsurfing. Ma première expérience sera avec Pia, sage femme sur L’île depuis 5 mois. 

Avec elle je visite les alentours sous la pluie malheureusement, mais c’est le charme de l’île, ici il pleut 300 jours sur 365. De grandes plages sauvages, et falaises se succèdent. 

J’ai aussi le droit au plat typique le Seviche, salade de poisson cru arrosé de jus de citron. Délicieux ! 

Sinon le reste du temps c’est parti de carte en attendant que la pluie se calme. 

Lago todos los Santos, Puerto Varas. 

Je profite donc d’un grand Week-end pour aller faire du camping, proche du lac Todos los Santos, immense lac au pied du volcan Osorno. 

Je passe la première nuit en camping sauvage sur la plage du lac, où je rencontre deux Chiliens venu finir leurs vacances ici. Nouvelle entraînement à l’espagnol, on partage le Vino Tinto et me voilà bilingue. La nuit a été bien arrosé et le réveil est parfait levé de soleil sur le lac.

Je dis au revoir à mes nouveaux amis, on se promet de se revoir à Santiago, et vais rejoindre Julie une française que j’ai rencontré dans l’avion qui est dans le coin, on profite de la journée pour faire les balades du parcs.

This slideshow requires JavaScript.

Stefy & Brando, Puerto Varas 

Pour les deux prochaines semaines je vais rester proche d’ensenada. J’ai trouvé un Volontariat,  grâce à Workaway toujours, dans la propriété de Brando et Stefy, un couple très sympathique. Brando est originaire d’Alaska et stefy de Colombie. Il m’accueille dans leur jolie Chalet de type norvégiens, proche d’une rivière. La maison est encerclé par les deux Volcans Osorno et Chacabuco, le dernier est entré en eruption quatre ans auparavant, faisant pas mal de dégâts. 

 Ici aussi je vais participer à la construction d’une cabane en bois, et aider à toute les tâches de la vie quotidienne

Les premiers jours sont mouvementés puisque après une journée de pluie la rivière sort de son lit. Le petit cours d’eau c’est transformé en puissant rapide qui ravage tout sur son passage. 

Pas de panique pour la maison elle un peu en hauteur par rapport à la rivière, mais la plage et quelques installations en bordure n’ont pas resistés. 

This slideshow requires JavaScript.

Pendant les temps libres Brando et Stefy me font visiter la région grâce à leur voiture c’est plus rapide. On visite des cascades, le volcan Osorno, L’estuaire de cochamon. 

This slideshow requires JavaScript.

Casa de Jorge, Santa Isabelle

Après dix jours à Quilleloa, je commence à prendre mes repères avec l’espagnol, et Jorge est devenu un ami. 

Et je vais encore pouvoir m’améliorer puisque Jorge me propose de venir passer quelques jours dans sa maison à une heure de Santiago, ou il vit avec ses enfants sa mère et ses frères et sœurs qui eux aussi vivent avec leurs enfants, une très grande famille. Les enfants ont de deux à douze ans, autant dire que la maison est très animée. 

Au programme trois jours de foot non stop avec les enfants, le terrain étant au milieu de la maison c’est plus facile. Les enfants sont très curieux de la culture française et pose énormément de question. Je donne même des cours de français. 

On écoute les Matchs de Colo-colo à la radio, et on mange très bien. 

J’ai très bien été accueilli par une famille au grand cœur, et je les remercie. 

Quilleloa, Los Angeles, VIII Région. 

Après avoir visiter Santiago et terminer le long périple des papiers d’identité Chilien (PVT oblige), je décide d’attaquer mon aventure par un volontariat trouvé grâce à Workaway. 

L’annonce décris un lieu qui prônent le retour à la nature et le ressourcement. Ici vit une communauté qui fait tout pour vivre en autosuffisance. Certains membres vivent ici à l’année et d’autres viennent seulement passer quelques semaines voir quelques jours. Tout les membres se divisent les tâches allant de la préparation des repas, l’entretien de la Huerta (le potager) au défrichage du terrain. 

Ici je travaille à la construction de Cabanes en bois, la vente de celle-ci permet à la communauté de subvenir à certain de ses besoins.

 

Sur le chantier je travail avec trois compagneros, dont Jorge, un homme d’une quarantaine avec qui je travail mon espagnol et me lie d’amitié. 


This slideshow requires JavaScript.